Connaissez vous la propolis ?


La propolis est un matériau recueilli par les abeilles à partir de certains végétaux. Cette résine végétale est utilisée par les abeilles comme mortier et anti-infectieux pour assainir la ruche. Elle est récoltée pour ses propriétés thérapeutiques.
L’origine du mot propolis est associée au grec pro qui signifie « devant, en avant de », et polis, « la cité » (allusion à la réduction de l'entrée de la ruche avec de la propolis pour défendre la colonie).
La propolis est un complexe fabriqué par les abeilles à partir de leurs sécrétions et d'une série de substances résineuses, gommeuses et balsamiques. De consistance visqueuse, elle est recueillie par les abeilles sur certaines parties de végétaux. Les principales essences produisant de la propolis sont des conifères (écorce des pins, sapins, épicéas) et les bourgeons de plusieurs espèces d'aulnes, de saules, de bouleaux, de prunier, de frênes, de chênes et d'ormes, de peupliers (qui semblent être la source la plus importante) et du marronnier d'Inde.

L'ouvrière transporte cette résine dans les corbeilles de ses pattes arrières (de la même façon que le pollen). Ces pelotes sont d'une couleur allant du jaune-clair au vert-brun. Celles-ci ne sont pas stockées dans les alvéoles mais utilisées aussitôt par les maçonnes. Ces dernières les modifient en partie, par l’apport de leurs propres sécrétions (cire et sécrétions salivaires principalement), et, l'appliquent au besoin. Plus l'endroit est chaud, plus le pourcentage de cire est important (la propolis étant visqueuse et collante aux alentours de 20° et devenant dur et cassante avec le froid ou le vieillissement). Il est donc logique de retrouver une propolis plus concentrée au niveau du trou d'envol et sur la tête des cadres.

Dans la ruche, la propolis a de multiples usages. C’est un mortier qui sert au colmatage des fissures ou interstices, à l'étanchéité (face à l'humidité et au développement des moisissures), au renforcement de rayons ou parties défectueuses de la ruche et à la protection de la colonie par la réduction de l'entrée de la ruche. C’est également un vernis aseptisant déposé en fine couche à l’intérieur des cellules avant la ponte de la reine, ou pour lisser les parois intérieures de la ruche. Elle sert aussi à momifier les animaux intrus et morts (rats et souris par exemple) trop gros pour être évacués par les abeilles évitant ainsi leur décomposition.

La propolis servait comme produit d'embaumement dans l'Égypte antique. Elle faisait aussi partie de la pharmacie ambulante des soldats romains lorsque ceux-ci partaient au combat. Au XIe siècle, la propolis était recommandée pour cicatriser les blessures de flèches.

À l'état brut, la propolis peut se mâcher directement après prélèvement, mais généralement, on la prendra sous d'autres formes. Elle sera naturellement très propre avant de servir dans une préparation.

La propolis brute ou sous forme de teinture-mère est un très puissant anti-infectieux (antifongique, antiseptique, antibiotique). Elle a de plus un pouvoir anesthésique, cicatrisant et anti-inflammatoire et augmente le métabolisme cellulaire.

* Extrait artisanal de propolis
1. Pour séparer la propolis de la cire, il suffit de faire chauffer à 70°C dans de l'eau. La cire fondant à 68°C, elle va remonter à la surface de la solution. Ensuite, on macère de la propolis dans de l'alcool[1] (entre 40°C et 60°C[2]), qui après filtration, crée une teinture-mère.
2. Les cires étant insolubles à froid, une autre technique consiste à plonger directement le produit Propolis/Cire dans de l'alcool (entre 40°C et 60°C). Après macération et filtration, on obtient également une teinture-mère.

Cet extrait récupéré contient des flavonoïdes (majoritairement représentés) et des composés phénoliques et aromatiques divers.

* Usages médicinaux

En usage interne, la propolis serait utilisée sous forme de teinture-mère ou sous forme d'extrait sec en oto-rhino-laryngologie contre les extinctions de voix, les enrouements, les angines, les maux de gorge, la toux, les rhumes, les bronchites, les pharyngites, les otites et les sinusites. Sous cette même forme, on l'emploierait en stomatologie (stomatite, gingivites et infections dentaires). Enfin, en usage externe, on l'emploie en dermatologie pour assainir et cicatriser les plaies, les mycoses et autres problèmes cutanés.

 

*Le terme « massage » n’est pas entendu sur ce site au sens des article Art. R 4321-1 et R 4321-3 du Code de la santé publique. Il s’emploie comme terme générique indiquant une relaxation manuelle sans intention thérapeutique au sens médical, ni au sens de manoeuvres de masseur kinésithérapeute diplômé d'état. Les techniques utilisées par Thierry JEANNE n'ont pas pour but de "de prévenir l'altération des capacités fonctionnelles, de concourir à leur maintien et, lorsqu'elles sont altérées, de les rétablir ou d'y suppléer.". Il n’y a pas non plus de « mobilisation ou une stimulation méthodique, mécanique ou réflexe de ces tissus ». En effet, les manœuvres ne sont jamais les mêmes. Chaque session est unique et jamais méthodique. D'autre part, Thierry JEANNE ne prétend jamais diagnostiquer (au sens médical, kinésithérapeutique ou ostéopathique) une condition. Les soins qu'il prodigue n'ont pas pour but de guérir une condition diagnostiquée par un médecin, un MKDE, un ostéopathe ou tout autre thérapeute conventionné, mais bien de compléter l'action des thérapeutes conventionnés et de relancer la capacité d'autoguérison des Personnes.